514 524-1444 | FR

Reserve your space

Immigration et entreprenariat

Monday August 23rd, 2021, 11:54 AM

L’indice entrepreneurial québécois publié annuellement par le Réseau Mentorat, a dévoilé lors du bilan de 2020 que malgré le ralentissement entrepreneurial causé par la crise sanitaire, la population immigrante montrait le plus d’intérêt envers l’entreprenariat aux côté des femmes et des 18-34 ans.

La pandémie a eu le meilleur de la motivation entrepreneuriale des Québecois(es) en ce qui concerne les taux d’intention de créer ou de reprendre une entreprise. Comme dans toute situation de crise, deux réponses distinctes sont généralement observables, ceux qui optent pour la prudence, et ceux qui se disent « rendu-là… » et qui foncent. D’une part, les 35-49 et 50-64 ont opté pour la prudence avec les taux les plus bas depuis 2013. À l’opposé, le taux d’intention des immigrants reste deux fois plus élevé que celui des personnes natives du Québec.

Se lancer à son compte n’est pas sans risque financier et demande un capital social assez important. Donc qu’est ce qui motive la population immigrante à prendre davantage de risques cette année?

Il a aussi deux autres facteurs à considérer, la perte d’emploi et la tolérance au risque. Élément assez crucial dans l’intention de partir à son compte. Toutefois, ce qui est défini comme un risque n’est pas similaire pour tous. Les immigrants font face à des obstacles tout autres qui peuvent se refléter en situation d’iniquité professionnelle, comme la qualité d’emploi occupé par les immigrants.

« Les immigrants optent pour l’entrepreneuriat et l’investissement comme des voies d’intégration professionnelle. Le virage entrepreneurial est une forme de résilience face à une intégration professionnelle inachevée. »

Malgré la perte de l’attrait de l’entreprenariat comme choix de carrière pour les risques que cela implique, un tiers des 15 000 québécois sondés le qualifient tout de même de « métier optimal » (hyperlien).

L’entreprenariat immigrant s’est aussi avéré crucial dans la réponse aux problèmes de croissance démographique et de pénurie de main d’œuvre. « Les conséquences de la crise ont permis de mieux reconnaître l’importance de l’entrepreneuriat pour le développement local et la prospérité des régions : les Québécois(es) sont 86,7 % à le penser, une part visiblement en hausse par rapport à 2019 (80,2 %). Ainsi, après avoir reconnu la légitimité et la désirabilité de l’entrepreneuriat, il semble qu’on en reconnaisse aussi la grande nécessité. »

Related articles

Nicolas picard i R0Yx Pp Qjv0 unsplash

September 3rd, 2021

La Halte 24-7 vous souhaite une bonne rentrée - et vous ? Quels sont vos projets pour la rentrée?

Stockphoto bureau

August 6th, 2021

Le retour au bureau après la pandémie, quelles stratégies adopter?

Sage friedman HS5CLn Qb COc unsplash

March 19th, 2020

4 applications mobile de bien-être afin de ne pas céder au stress

See more articles